Immobilier : l’achat d’un studio est-il vraiment un investissement gagnant ?

42

Le secteur de l’immobilier repart de plus belle depuis quelques années. En effet, les Français investissent de plus en plus dans le secteur et misent particulièrement sur les studios. Chez les internautes, en particulier, c’est surtout l’occasion de découvrir que, contrairement aux idées reçues, le studio est aujourd’hui un peu plus envisagé comme un bien immobilier. En effet, contrairement aux idées reçues, le studio est de plus en plus envisagé comme un bien à part entière et non comme un investissement de seconde zone.

Le studio, l’habitat préféré des Français

La maison individuelle est aujourd’hui l’habitat des Français et la Fédération française des constructeurs ne cesse de le rappeler. Cependant, le studio est en train de regagner de l’intérêt et même gagner de la popularité. Selon le site d’annonces Vivastreet, à travers un sondage auprès de plus de 1400 internautes, le studio est redevenu un logement de référence.

Avec des prix immobiliers qui ne cessent de croître, les acquéreurs ont souvent tendance à privilégier les biens de petite taille. Dès lors, le studio est devenu le bien vers lequel se dirigent la plupart des investisseurs. Bien que la maison reste indétrônable, le studio occupe la seconde place dans les investissements. Avec seulement 15% des votes, les appartements de deux pièces ne se situent qu’à la 3e place, mais devant la place de parking.

Pour les avantages fiscaux, le studio permet d’obtenir 6% de rendement en plus des avantages fiscaux liés à la location. De plus, la demande locative concernant les studios est généralement très forte et ceci peu importe la période de l’année. Par contre, les contrats de location sont souvent de courte durée et le taux de rotation est parfois élevé.

La région francilienne est toujours aussi prisée

En outre, le rapport de Vivastreet renseigne que c’est la région Île-de-France qui était la plus prisée pour la location de studios. D’ailleurs, le prix moyen d’un T1 s’élève à environ 170 469 euros, loin devant la Provence-Alpes-Côte d’Azur, encouragés par la Provence Business Angels. Cette dernière est surtout 2e au classement des régions les plus recherchées et totalise surtout 15.29% des suffrages.

Pour les Pays de la Loire, la Corse et le Rhône-Alpes, elles viennent compléter le top 5 des territoires où les prix moyens sont les plus élevés. Au bas du classement, on retrouve les régions situées au centre, dont le Limousin, l’Auvergne ou encore la Champagne Ardenne.