Fin des annuaires papier annoncée pour 2020 remplacés par les annuaires numériques

21
Fiche google my bussiness

La Poste vient de le réaffirmer : l’édition papier 2019 des pages blanches était la dernière, celle des pages jaunes s’arrêtera en 2020. Les habitudes et les comportements ont changé, la Poste s’est adaptée.

L’évolution des usages en question

En effet, depuis 1798, pour trouver le numéro de téléphone ou l’adresse d’une entreprise, on tournait des pages et des pages d’une énorme livre jaune répertoriant par commune et par secteur d’activité toutes ses coordonnées. Puis le minitel a fait son apparition au début des années 80 et on s’est mis pour la première fois à taper sur un clavier pour faire une recherche. La démocratisation d’internet dans les années 2000 a accéléré la tendance : les annuaires sont devenu numériques en même temps que se multipliait le nombre des entreprises, que l’économie se mondialisait et que la libéralisation du marché des télécommunications permettait une diversification importante des éditeurs d’annuaire.

Des annuaires numériques plus performants

Aujourd’hui la capacité presque infinie de stockage et l’aspect mondialisé de l’outil numérique a fait d’Internet une merveilleuse machine de recherche d’informations. Et les annuaires électroniques sont devenus beaucoup plus performants et surtout beaucoup plus complets pour permettre toujours plus de recherches et de requêtes. Renseigner une fiche Google my business par exemple c’est intégrer des outils de géo-localisation, de sélection d’avis clients, de commentaires et questions-réponses… Et l’efficacité du référencement de tous ces éléments déterminera la visibilité de l’entreprise. De simples listings, ils sont donc devenus de véritables outils marketing. Et la subjectivité du référencement a remplacé l’objectivité des fiches papier.

Des anciens déboussolés

Difficile dès lors pour les plus anciens de s’adapter à ces nouveaux usages. Car si les trentenaires d’aujourd’hui ne savent plus à quoi ressemble « le bottin », les personnes âgées, celles qui ont vécu bien avant le minitel et qui continuaient à utiliser les annuaires papier vont, pour certaines, se retrouver complètement démunies. Elles n’auront plus le choix que de se référer à un outil électronique qu’elles maîtrisent parfois très mal voire pas du tout. La fracture numérique risque de se creuser alors que neuf millions d’annuaires papier ont malgré tout été réclamés et distribués en 2019 (contre 57 millions en 2007). Leur isolement risque également de se renforcer, n’ayant plus accès à des informations basiques et parfois indispensables : comment faire venir un plombier pour une fuite d’eau quand on ne dispose d’aucune liste de contacts ? Seule solution : appeler les petits-enfants à la rescousse !