3 choses à savoir sur le nouveau contrôle technique

6

Depuis le 20 mai 2018, la nouvelle réglementation concernant le contrôle technique est rentrée en vigueur en France. Cette réglementation inclut de nouvelles règles aux normes européennes en vigueur. Cela vise une amélioration de la sécurité routière, pour baisser le taux de mortalité sur nos routes et pour la préservation de l’environnement.

Quels sont les différents changements auxquels les automobilistes doivent-il s’attendre ?

Une réparation est nécessaire si…

Le contrôleur vous appose une vignette valable deux ans au cas où aucune défaillance majeure n’est détectée.

Si par contre une défaillance est détectée, une réparation est selon le cas nécessaire. Les défaillances se classent en trois niveaux.

Les défaillances mineures

Elles incluent les problèmes au niveau des rotules, des fuites légères de moteur, des soucis mineurs avec la colonne de direction. La nouvelle réglementation dénombre en 139. C’est des soucis mineurs qui n’ont aucun impact sur la sécurité du véhicule et de l’environnement. Pour ces problèmes, il n’est pas nécessaire d’effectuer une contre-visite.

Les défaillances majeures

On en dénombre 340. Elles regroupent des anomalies telles que : les feux de croisement défectueux, un éclairage défectueux de la plaque d’immatriculation… Ces défaillances majeures sont susceptibles de compromettre la sécurité du véhicule et des usagers de la route et d’avoir un impact négatif sur l’environnement. Vous avez deux mois pour effectuer une nouvelle contre-visite.

Les défaillances critiques

Celles-ci représentent un réel danger pour la sécurité routière ou pour l’environnement. Dans ce cas, vous ne pouvez rouler votre véhicule que pour aller chez le garagiste ou chez vous pour l’immobiliser. Les différentes réparations doivent être faites dans un délai de 24h si vous voulez continuer à utiliser votre véhicule.

Si vous habitez dans l’est de la France, vous pouvez effectuer votre contrôle technique à Besançon auprès de tout établissement agrée par l’état.

Les sanctions en cas de défaillance non réparée

Si vous êtes pris en train de circuler avec un véhicule défectueux n’ayant pas effectué de contre-visite ou son contrôle technique, vous êtes passible d’une amende forfaitaire de 135 euros. Dans certains cas, votre véhicule peut être immobilisé jusqu’à réparation des différents éléments défectueux.

Les contrôles techniques vont être plus chers

Avec la nouvelle réglementation, de nombreux éléments de vérification rentrent en ligne de compte. Ainsi, votre contrôleur devra tester 133 points de contrôle soit 9 de plus comparativement à l’ancien contrôle technique. Plus de points à vérifier sont synonymes de plus de temps de travail pour le contrôleur, donc un peu plus d’argent. Les estimations annoncent une hausse de 15 % à 20 %.