Comment l’ORL est-il utilisé ?

17

La déadhésion — l’horreur de tous les musées. Se désassembler signifie plus que se débarrasser des objets du musée. Tout d’abord, il est incomparable à la façon dont cela se passe dans les ménages privés. Mais un inventaire antérieur est essentiel. Cependant, cette étape laisse souvent beaucoup à désirer dans de nombreux musées. Bien que de nombreux objets trouvent leur chemin dans le musée, les employés n’ont pas le temps nécessaire pour les inventorier soigneusement afin qu’ils ne soient inscrits que dans le carnet d’entrée. Ainsi, en général, la décession est la livraison permanente d’objets d’une collection existante. Cela peut arriver, par exemple, en raison d’une vente, d’un échange ou d’un cadeau. Le terme date limite a été utilisé pour la première fois dans un article du critique d’art John Canaday en 1972. L’article paru dans le New York Times traite de la vente secrète d’objets par le Museum of Modern Art. Canaday a utilisé le terme « approche » comme synonyme de vente.

Bien sûr, il est facile de décollecter les objets non inventoriés. Parce que ce qui n’est pas mentionné dans le musée peut tomber sous la table, salopp. S’il n’a pas été documenté, exposé ou autrement présent dans le musée, on pourrait avoir l’impression que le processus de décession n’a pas besoin d’être documenté non plus. Ces dernières années, une vague de startups muséales a eu lieu. Toutefois, ni la différenciation ni le profilage n’ont eu lieu. Les musées sont presque étouffés de leurs collections, qu’ils ne peuvent ni présenter adéquatement ni stocker en conséquence. À cet égard, l’étape la plus importante — presque même la plus importante consiste à définir un profil de collecte et à céder les stocks qui ne correspondent pas à ce profil. La discussion sur la collecte et la collecte est depuis longtemps superflue. Alors que l’Etat a moins d’argent sur les subventions, les musées ont besoin de plus en plus de salles où ils peuvent accueillir leurs collections. Le problème ici, cependant, est que d’autres bâtiments pour les musées entraînent également des coûts supplémentaires, c’est-à-dire de l’argent pour le divertissement et l’énergie. Mais quels types de collection y a-t-il du tout ? En Allemagne, seules des recommandations et des lignes directrices ont été publiées à ce jour qui fournissent des orientations. Les plus célèbres pour cela sont probablement les guides du Conseil international des musées (ICOM) et de l’Association allemande des musées (DMB). Au début du mois de mai 2010, le DMB a publié un document de synthèse intitulé « Collecte durable » : résultat d’un développement de deux ans de l’article intitulé « Sur la livraison des collections » publié en 2002. Le DMB et l’ICOM suggèrent aux musées d’emprunter leurs objets pour être collectés à d’autres musées. En plus de la sélection des objets admissibles, cependant, la décision formelle de les retirer de la pour séparer la collection. Cela dépend du nombre, car en fonction de la portée des spin-off, il faut désigner une seule personne ou même un groupe compétent de personnes qui planifient l’ensemble du processus de collecte et qui la supervise et le documente à toutes les phases, tout en vérifiant la structure de propriété. Ainsi, le mode d’acquisition doit être pris en compte de la même manière que toutes les conditions associées à la propriété, ainsi que les éventuelles réclamations de tiers ou les réserves des propriétaires précédents. En outre, il est nécessaire de vérifier si une éventuelle liste de la collection peut être trouvée dans la base de données Internet Lost Art ou une documentation comparable. Après avoir dressé la liste des propositions et le contrôle interne associé du processus, la classification externe de la décision suit. À cette fin, il est proposé de consulter un groupe d’experts indépendant composé d’au moins trois personnes. Celui-ci devrait être de un expert du musée externe, un représentant de l’espace social du musée, comme un président de l’association parrain, et un représentant représentant représentant représentant une statuette du promoteur du musée. Le groupe est libre de solliciter d’autres avis d’experts indépendants sur la prise de décisions. La décision du Conseil d’experts n’est qu’une recommandation. Par conséquent, si ces essais ont été effectués de manière exhaustive et qu’il n’y a pas d’obstacles, un prélèvement peut être envisagé. Il est important ici que les objets soient principalement distribués à d’autres musées. Ce n’est que si cela n’est pas possible que d’autres institutions ou même la vente sur le marché libre peuvent être impliquées.

A lire aussi : Comment obtenir les devoirs de pronote ?

Non collecter — le processus de soumission

Le processus de présentation doit suivre les étapes ci-dessous. Le respect de la procédure décrite ci-dessus est essentiel pour les objets de collection de valeur dont la valeur assurée à est plus de 1 000 euros. Les objets rejetés ne doivent pas souffrir matériellement du processus de séparation, puisque la mission de conservation du musée donateur est conservée jusqu’au transfert effectif de la propriété ou de l’aliénation. Les objets à collecter seront d’abord offerts à d’autres musées et collections de la même institution. Cela s’applique également à une vente, un cadeau ou un échange prévu. Ce n’est que s’il n’y a pas d’intérêt pour ces objets que les bureaux nationaux respectifs des musées ou les associations muséales seront informés au niveau national. Ceux-ci peuvent jouer un rôle intermédiaire pour le transfert significatif des objets vers une collection dans le même état ou région. En outre, les objets seront publiés dans une base de données nationale créée par le Deutscher Museumsbund e.V., pour une période de six mois afin de faire connaître le projet de transfert à d’autres musées et pour attirer les parties intéressées potentielles. La priorité sera accordée aux musées et aux collections appartenant au public en particulier, puisque le patrimoine culturel à donner est un bien commun. Ce n’est qu’après que les objets ont été mis en vente sans succès pendant six mois à compter du jour suivant la date de leur inscription dans la base de données nationale qu’il sera possible de vendre ces objets à des tiers, tels que des collectionneurs privés ou des sociétés.

A découvrir également : Comment écrire une lettre à un consulat

Source de l’image : Hans Braxmeier (Pixabay)

Le musée donateur doit marquer les expositions afin qu’elles soient séparées de façon aussi permanente que possible, ce qui signifie que les objets doivent être marqués ou signés de telle manière que même après une longue période de temps, ils restent visibles d’où proviennent les objets. Dans le même temps, il doit être clairement évident de l’objet qu’il a été séparé de la collection de ce musée, sinon il peut apparaître plus tard que l’objet a été volé au musée, par exemple. Le transfert de propriété et le nouveau logement dans l’installation du client doivent être dûment documentés. Les objets qui n’ont pas résisté à l’examen critique de la collecte et qui n’ont pas trouvé de client dans la procédure de séparation sont éliminés. Dans ce cas, une attention particulière devrait être accordée au fait que l’élimination est complète. Cela signifie que les objets éliminés doivent être exclus du retour sur le marché par détours. Le processus d’élimination doit également être dûment documenté. L’installation de dépôt doit être en mesure d’arrêter ce processus en tout temps jusqu’au transfert réel de propriété. Les critères de transfert à d’autres musées sont, par exemple, une collection comparable ou une extension significative de la collection existante chez le bénéficiaire. Cela inclut également les liens existants avec les musées ou la volonté de préserver ou de restaurer les objets externalisés afin de préserver les objets externalisés. assurer leur préservation et leur accessibilité pour un traitement scientifique ultérieur. Cela inclut également l’inventaire détaillé du bénéficiaire.

Réflexions sur la discolte

Recueillir et non collecter, gentil et bon. Mais à quoi ressemble la mise en œuvre et ce qui en parle ? D’une part, il existe une hypothèse possible de connexions inconnues. Trop de circonstances autour de l’objet sont encore inconnues ou insuffisamment ou pas du tout explorées. De même, l’objet doit être vu dans son contexte dans son ensemble, qui comprend le collecteur original, la provenance et l’appartenance à la présente collection. Un autre aspect de la non-collecte est la documentation de l’histoire de la collection. Après tout, l’objet est la preuve d’un aspect particulier de l’histoire de la collection. Il reste à examiner si le prélèvement peut être considéré comme une violation de la confiance envers les donneurs. peut nuire à la foi ici, parce que l’appel en tant qu’ « institution préservante » peut donc être remis en question. Après tout, la décision d’abandonner un objet de la collection est également contemporaine, car la considération de la soumission peut être trop influencée par l’actualité. En fin de compte, chaque musée doit également tenir compte de sa fonction d’archivage, car les musées ne sont pas seulement la valeur d’utilisation actuelle d’un objet décisif. D’autre part, il y a une amélioration de la qualité de la collection, car le profil de collection peut même être affiné en le réduisant ou en le remplaçant par des objets de meilleure qualité. L’objet à désagréger peut également avoir un contenu insuffisant ou une qualité esthétique par rapport à d’autres objets de la collection, de sorte qu’il peut être avantageux de renoncer à cet objet. Parallèlement à cela, un changement éventuel du concept de collection mérite également d’être mentionné. Ainsi, les objets correspondent en raison de l’innovation ou même un affûtage du concept qui n’est plus dans la présente collection. Il peut également être mieux intégré dans les fonds d’un autre musée ou être idéalement conservé là. Après tout, si un objet s’intègre mieux dans un concept de collection, il est également présenté de manière attrayante. En l’absence d’intérêt public ou même scientifique, cela peut également être une raison légitime de soumission, car ses propres fonds doivent être communiqués au public afin qu’un lien émotionnel puisse également se développer. Cependant, il se peut aussi que l’objet ne présente pas d’intérêt pour la recherche scientifique et qu’il soit donc filé. Si la connaissance de l’objet est incomplète, par exemple, ils n’ont pas de lieu de découverte ou si les relations de recherche ne sont pas claires, cela peut aussi parler d’une redevance. La raison la plus forte d’externaliser un objet est probablement s’il est cassé. Après tout, cet objet présente des dommages irréparables et/ou des restes sans rien de significatif, l’aura de l’objet est manquante. Elle est donc insignifiante et ne peut pas être enseignée de manière pédagogique. Cela s’accompagne également de risques pour la santé et l’environnement qu’un objet peut présenter. Si la santé ou la sécurité des employés ou des visiteurs est menacée ou si cela affecte également le stock restant, l’objet doit être éliminé en conséquence. Un exemple ici est le Technische Museum Wien. Un inventaire des dépôts a commencé en 2003 et, en 2014, une mesure détaillée des objets radioactifs identifiés jusque-là a été effectuée en collaboration avec un laboratoire. Ce groupe comprend les ampoules à gaz Auer. Le thorium a été utilisé dans leur production. Bien qu’il s’agisse d’un élément radioactif faible, les ampoules sont toujours couvertes par la loi sur la radioprotection. De plus, des fils d’amiante ont également été utilisés pour fixer le support — un matériau qui est interdit depuis longtemps aujourd’hui. Par conséquent, il a été décidé que ces 17 ampoules inventoriées mais défectueuses ne sont plus énumérées. En conséquence, ils ont été éliminés.

La deuxième partie portera sur la façon dont les musées américains abordent le thème du rassemblement d’une manière très différente.

notes

  • Voir § 233a I a) New York Education Law ; Malaro, Marie C. : Decessioning : The American perspective. Dans : Institute of Art and Law (IAL) (éd.) : Gestion des musées et curatelle 10 (3). Londres, 1991, p. 273 à 279, ici p. 273
  • > cf. Fincham, Derek : Dépression de l’art de la confiance du public. Dans : Institute of Art and Law (IAL) (éd.) : Journal of Art, Antiquity  & Law 16.2. Londres. 2011. pp. 1-37, ici p. 1f.
  • Voir ICOM Autriche (éd.) : Deaccession — Ungathering. Un guide pour la qualification de la collecte par la discolte. Vienne. 2016.
  • Voir Deutscher Museumsbund e.V. (Hrsg) : Collecte durable. Un guide pour la collecte et la remise des biens du musée. Berlin/Leipzig. 2011.
  • http://www.lostart.de
  • Voir Deutscher Museumsbund e.V. (Hrsg) : Collecte durable. Un guide pour la collecte et la remise des biens du musée. Berlin/Leipzig. 2011. p. 37-40.
  • Il s’agit d’une recommandation pour un processus ordonné du processus de séparation qui convient à l’ICOM.
  • Voir Deutscher Museumsbund e.V. (Hrsg) : Collecte durable. Un guide pour la collecte et la remise des biens du musée. Berlin/Leipzig. 2011. p. 37-40.
  • Voir les recommandations de l’Association des musées de Mecklembourg-Poméranie-Occidentale sur la réglementation de la distribution des biens culturels (dépôt)
  • Voir Lackner, Helmut : L’objet est un danger pour l’homme et l’environnement. Dans : ICOM Autriche (éd.) : Déadhésion — Uncollecter. Un guide pour la qualification de la collecte par la discolte. Vienne. 2016. p. 20, ici p. 20

Source de l’image : Krzysztof Pluta (Pixabay)